samedi 21 août 2021

A paraître - Un matin de ce printemps-là et Hongkong, cité déchue en octobre 2021

Deux nouveautés à paraître Rue de l'Echiquier :
Hongkong, cité déchue de Lau Kwong-Shing est un titre complet en 1 volume de 196 pages au format 17 x 24 qui sortira le 1er octobre 2021 chez l'éditeur Rue de l'Echiquier au prix de 24,90€.

Présentation éditeur : Témoignage exceptionnel d’un jeune artiste engagé, accueilli naguère à Hongkong dans un esprit de bienveillance, qui prend fait et cause pour les valeurs de liberté du territoire où il s’est épanoui.
Face à la violence totalitaire d’une dictature sans pitié, les jours de la démocratie hongkongaise, hier symbole d’une société chinoise ouverte et tolérante, sont comptés.
C’est la chronique de cette mise à mort annoncée que tient ce livre glaçant, entremêlant avec d’indéniables accents autobiographiques présent et prospective, réalité et fiction.

Facebook, Twitter et Instagram de Lau Kwong Shing :
https://www.facebook.com/lau.k.shing
https://twitter.com/LauKwongShing1
https://www.instagram.com/cowcowtony/

Un matin de ce printemps-là de Park Kun-woong (Mémoires d'un frêne...) est un titre complet en 1 volume de 388 pages au format 15 x 22 qui sortira le 28 octobre 2021 chez l'éditeur Rue de l'Echiquier au prix de 24,90€.

 Résumé éditeur : Le 9 avril 1975, à l’aube, dix-huit heures après avoir été condam- nés à mort, huit hommes sont exécutés dans la prison cen- trale de Séoul. Leur crime ? Être sympathisants communistes et avoir prétendument espionné pour le compte de la Corée du Nord, l’ennemi honni. Mais personne ou presque n’est dupe du simulacre de procès dont viennent d’être victimes ces huit innocents – professeur, journaliste, étudiant ou petit chef d’entreprise. Dans la Corée du Sud répressive et autoritaire du dictateur Park Chung-hee, alors que la contestation populaire gronde, ils ont été choisis au hasard, comme boucs émissaires, pour frapper les esprits. Faire peur.
En 2002, une commission d’enquête menée par le tribunal de Séoul a conclu que cette affaire avait, en réalité, été montée de toutes pièces par les services secrets coréens.
Près de cinquante ans après les faits, Park Kun-woong revient sur les rouages de cette condamnation arbitraire et rappelle ce qu’a été le sacrifice de ces huit hommes, en relatant par le menu l’itinéraire de chacun d’eux à travers le regard de leurs proches. Il poursuit ainsi son travail de longue haleine visant à exorciser les errements des gouvernements coréens depuis l’indépendance de 1945.

 [Source https://www.ruedelechiquier.net/bande-dessinee/357-un-matin-de-ce-printemps-la.html + https://www.ruedelechiquier.net/bande-dessinee/356-hong-kong-cite-dechue-.html]

Articles/Actualités du blog